mercredi 23 août 2017

initiation aux neuf gorges

Dimanche 20 août 2017:

Présents: Margot, Benoît, Noé, Pierre F, Pierre G et Mick.

Ce dimanche, nous décidons de retourner aux neuf gorges pour récupérer le matériel laissé en place après la sortie du mercredi précédent.
Nous en profitons pour proposer à Margot et Benoît, fraîchement inscrits au club, de venir s'initier à la remontée sur corde.

On se donne donc rendez-vous au col de la Forestière à 10h et nous regroupons dans deux véhicules: le 4x4 de Pierre qui nous acheminera le matos au plus prés de l'entrée, et mon fourgon
qui ne fera pas les 500 derniers mètres pour cause de piste en mauvais état. De plus une crevaison au même endroit la veille me refroidit pour retenter le coup!

Le temps de préparer les kits et de s'équiper, on se lance à l'assaut du vide sur les coups de 11h. Pendant que Pierre F rééquipe la première longueur, on en profite pour prodiguer quelques conseils à nos deux pti'ts "nouveaux" qui n'ont pas l'air plus stressés que ça, à part Margot qui s'est un peu mise la pression avec des tutos YouTube 😁.



La descente se passe bien et une heure et demi plus tard nous voilà tous en bas de l'éboulis pour casser la croûte. Comme à son habitude Pierre F dévore tout ce qui se trouve sur son passage (vaut mieux l'avoir en photo qu'à table celui là!). On laissera quelques miettes de notre repas à de malheureux scarabées venus se piéger au fond du trou.




Une fois le ventre des valeureux spéléos bien remplis, direction la lumière du jour. Même si les premiers mouvements sont hésitants, nos deux nouvelles recrues prennent vite le coup. Seul petit incident de parcours, un blocage de croll par la sangle du harnais de torse, pour tout les deux et au même fractio, fallait le faire!



Pierrot et Noé ferment la marche et déséquipent, tout le monde sort sain et sauf vers 16h.



Pour se remettre de nos émotions, direction la maison pour ne  pas déroger à notre traditionnelle hydratation post-spéléo à la bière! 🍺🍺🍺
Et chapeau à Margot et Benoît qui pour leur première remontée sur corde nous ont fait confiance (de toute façon ils avaient pas le choix!), ils se sont débrouillés comme des pros!

mercredi 2 août 2017

traversée Rochas-Midroï

Dimanche 16 juillet 2017:  CR Noé

Présents : 
Mesdames Éloïse et Margot
Messieurs Stef G, Christian, Félix, Pierre F, Mick, Benoit et Noé

Le rendez vous est donné dimanche matin à 10h15 devant la distillerie de Vallon pour faire route ensemble. Tout le monde arrive plus ou moins à l’heure, on embarque dans le camion de Stef et le 4x4 de Pierre. 30 minutes par la route des gorges et nous arrivons au départ du sentier qui mène au bivouac de gournier proche de l’aven rochas. 

Pierre le chippendale spéléo!

Après quelques minutes passées à s’équiper et une courte marche d’approche, une petite photo souvenir devant le porche d’entrée de l’aven et nous attaquons la descente.

l'équipe de vaillants explorateurs

Stef passe en tête pour équiper la cavité, suivi de Pierre qui excité par cette sortie pousse des cris de mouettes ou de marmottes, on sait pas trop. Les puits s’enchainent sans problèmes et nous faisons une pause casse croute en bas du P55. Merci à Pierre qui est descendu avec un petit réchaud et de quoi faire du café.
La deuxième partie est un peu plus humide. Arriver au niveau de la jonction rochas-midroï, l’étroiture siphonnante est passable mais à condition de se mouiller entièrement. Pour Stef une seule solution, écoper un maximum avec les moyens du bord. Merci à Margot et Christian d’avoir mis leurs bottes à disposition! Plusieurs voyages de bottes plus tard, le niveau d’eau ne baissant pas suffisamment, Stef se sacrifie pour l’équipe, passe l’étroiture pour pouvoir siphonner la flotte grâce au tuyaux déjà sur place et en peu de temps, il ne reste plus qu’une petite flaque d’eau. Mission réussie… jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que l’eau retirée de la première étroiture est venue remplir le passage bas suivant. Plus de temps à perdre, Stef passe avec le tuyaux en espérant siphonner l’eau comme la première fois mais après plusieurs tentatives, impossible d’amorcer le siphon. On finira donc par se tremper le cul.


Petit tour dans midroï avec séances photos dans les gours avant d’arriver au lac proche de la sortie. À partir de là on a fait deux équipes, l’une est ressorti par le lac en vire direction le bord de l’ardèche et l’autre est remonté par rochas en récupérant les cordes.






Une fois arrivé à la voiture, des bières bien fraîches nous attendaient dans la glacière. Ce qui nous a permis de faire tranquillement un petit bilan à chaud et de remercier Stef à l’initiative de la sortie.

une bière bien méritée!

dimanche 30 juillet 2017

une tyro pour la fête de l'école

Vendredi 30 juin 2017:

Pour la troisième année consécutive, à l'occasion de la fête de l'école d'Orgnac, le GASOIL a monté une tyro pour les enfants. Une fois de plus elle a rencontrée un vif succès puisque les petits acrobates ne nous ont laissé aucun moment de répit pendant plus de 2 heures!

dimanche 23 juillet 2017

Postsiphon à la Rainette !

Ce mois-ci, 3 plongées ont été effectuées au siphon du Niphargus, aux extrèmes amonts de la rivière souterraine de la Rainette.

Après l'arrêt sur rien de Frank Vasseur l'an dernier, celui-ci et Raph Benini ont passé le point des 182 m ce 1er juillet. Frank et Raph sont sortis de l'autre côté du siphon, après 335 m pour -10.



Le 16 juillet, Raph a replongé le siphon avec Manu Zuber. Ce dernier était obligé de faire demi-tour après un problème de détendeur. En solo, Raph s'est arrêté après avoir topographié un parcours post-siphon de 130 m, devant un ressaut à escalader dans le méandre exondé.

Le 22 juillet, Raph Benini et Laurent Ylla ont à nouveau passé le siphon, et ont effectué l'escalade qui leur a mené dans de grosses galeries, dont certaines de plus de 25 m de haut. En topographiant, ils se sont arrêté devant un nouveau, magnifique siphon, le S2, dans un décor de rêve...



Au total, 303 m exondés ont été topographiés, ce qui totalise plus de 638 m de galeries uniquement accessibles en plongée pour les Niphargus de la Rainette !

Les héros-Niphpargus: Raph Benini, Frank Vasseur, Laurent Ylla, Manu Zuber,
remercient les équipes de porteurs et d'aménagement: Vincent Altier, Matéo et Raph Benini, Eliette Brunel, Jean-Marie Chauvet, Erik Claes, Guido Dekeyzer, Alex De Roover, Julien Devoux, Jean-Claude Dufaud, Christian Dumas, Jean-Louis Galéra, Nicolas Jassaud, Mickaël Leroy, Stéphane Machelet-Dubois, Jérôme Mazel, Catherine Madeuf, Alain Papillard, Bernard Pangon, Michel Renda, Lionel Rias, Nicolas Savelli, Shirley Senot, Salvador Terrez, Manuella Touzet, Erik Van den Broeck, Myriam Van der Meirsch, Noé Vergez, Ben et Bernard Verloy, Guillaume Vermorel, Laurent Ylla, Cécile et Emmanuel Zuber, avec la participation de Daniël Chailloux, Françoise et Roger Estève, Jean-Pierre Giangiordano, Joël Jolivet, Richard Vinolo.


ndlr: L'ensemble des cavités autour de la rivière souterraine de la Rainette sont exposé à des crues brutales en cas d'orage ou lors de fortes pluies, pouvant noyer la totalité du réseau jusqu'à son débordement par les entrées. Comme certains passages sont équipés en 'explo' ou même pas du tout équipé, la chance d'évacuer des non-initiés de là est quasimment nulle. Il est dangéreux de s'y aventurer sans l'équipe qui explore le système. Nous ne divulgeons pas encore la localisation des entrées de cette cavité en pleine exploration. Infos: rainette@speleo.tv

dimanche 25 juin 2017

week end dans l'Hérault

Après 3 ans de patience, c'est confirmé, nous pouvons allez voir "les vertes" du Mont Marcou!
En effet, Erik avait réservé en 2014 une place pour le club. Les visites étant rares (4x6 personnes /an), il vaut mieux s'y prendre à l'avance!

samedi 24 juin 2017:

Après une très courte nuit (je finissais le boulot à 4h du mat!), nous décollons d'Orgnac à 8h avec Pierre F et Steph M , direction Graissessac. Après 3h de route sans encombre, nous trouvons facilement (merci GPS) notre point de rendez-vous dans une ferme proche du col de Marcou.
Nous y retrouvons Erik, parti la veille et Jean-Luc notre guide pour la journée. Papi et Cath ont décidés de déclarer forfait...
On mange un morceau, on s'équipe et après une marche de 20 min avec une superbe vue sur les massifs du Caroux et de l'Espinouse, nous arrivons à l'entrée sur les coups de midi.

marche d'approche

La cavité a été équipée le matin même par un autre groupe, guidé par Michel et Romélia. Après une descente plutôt aisée dans de beaux puits, nous les retrouvons vers -120, au départ du réseau des vertes.

puits d'entrée

dernière verticale avant les vertes!
Le bas du dernier puits a été aménagé avec une tente et des chaises pour patienter au chaud, le grand luxe! Manque quelques magazines et on se croirait dans la salle d'attente d'un dentiste!




La suite de la visite se fait deux par deux + le guide, sans combi et après s'être lavé les bottes avec un ingénieux système de récupération d'eau. Ca bricole pas à l'association du Mont Marcou: vestiaire, chauffage, eau courante...
Une fois débarrassé de tout matériel sale et les pieds propres, la suite de la visite se fait par une remontée de 15m sur échelle fixe.

cheminée d'accès à la géode
C'est ensuite que le spectacle commence! Le volume est étriqué, à peine deux mètres sur un, mais presque tout y est vert à cause d'une forte concentration très localisée de nickel. Les premiers explorateurs ont du croire à une mauvaise blague!





Excentriques, fistuleuses, aragonites... Nous profitons de ces quelques minutes pour admirer ces concrétions unique au monde!






Après un quart d'heure qui est malheureusement trop court pour capter chaque détails de cette curiosité naturelle, il nous faut regagner la surface.


les explorateurs du jour
Encore bravo à l'association du Mont Marcou pour la très bonne gestion de la cavité et merci à nos guides Romélia, Jean-Luc et Michel pour le temps qu'ils nous ont consacrés.

Après les aurevoirs, nous prenons la direction d'Olargues, à 1h30 de là, où le spéléo club de Bézier nous invite a passer la nuit dans leur refuge au hameau de La Salle. Nous y retrouvons Michel et Mimi, Myriam, Papi et Cath. Michel, notre guide des vertes nous y rejoindra peu de temps après.

couché de soleil sur La Salle
L'endroit est paumé, pas de réseau, personne à des kilomètres à la ronde... le rêve! Après un petit tour du propriétaire, on enchaîne apéro, barbeuc... La soirée s'achèvera à minuit pour les plus fatigués, à 4h pour les motivés... no comment!



Dimanche 25 juin 2017:

Debout 8h... Deux petites nuits d'affilées ça devient dur! Après un bon ptit dèj, direction la grotte de l'asperge pour Erik, Pierre, Steph et moi.



Située à 20min à pied du refuge, l'entrée est protégée par une épaisse porte blindée. Le début de la cavité n'est jamais vraiment très grand, mais la progression y est facilitée par les nombreux aménagements: échelles, barreaux, etc... Après quelques centaines de mètres, on arrive dans des volumes déjà plus confortables, et surtout on commence à voir ce qui motive notre visite, les concrétions bleues!





Mais y'à pas que des bleues, y'à aussi des blanches qui valent le coup d'œil!






N'oublions pas ici de remercier le spéléo club de Bézier pour leur hospitalité, ainsi que les cuisinières qui ont assurées!

En bref, un week-end dans un endroit magnifique, du beau temps, des concrétions complètement atypiques, des amis spéléos au top... que demander de mieux!